L’ impossible « pax rwandana »(Par Pierre Matadi)

– La paix durable dans les grands lacs passe par la fin des visées expansionnistes du Rwandais Paul Kagame sur des terres de la République démocratique du Congo, ainsi que de la convoitise des richesses et l’application d’une justice juste contre l’agresseur déterminé à imposer sa paix.

Kigali veut jouer un rôle hégémonique et une position de gendarme dans la région, afin de se présenter comme seul interlocuteur valable capable d’imposer la paix et d’organiser le partage déséquilibré des ressources naturelles de la RDC.

Le président rwandais compte absolument être le maître de Kinshasa dans une forme de tutélarisation comme sous le modèle AFDL, de triste mémoire, qui avait défenestré le maréchal Mobutu Sese Seko, en mettant à la tête « une marionette »: Laurent-Désiré Kabila.

Heureusement que Mzee Kabila a joué avec ruse le jeu et s’est vite ravisé grâce notamment à la pression exercée par le défunt Etienne Tshisekedi, au point de remercier et renvoyer l’expédition rwandaise à Kigali.

A Addis-Abeba, le président Félix Tshisekedi était clair comme l’eau de roche: il n’y aura pas de paix imposée par le Rwanda. « Je veux la paix mais pas à n’importe quel prix », a martelé le chef de l’Etat sur un ton sans équivoque.

La paix durable se traduit par l’intangibilité des frontières des uns et des autres. La libre circulation des biens et des personnes dans le cadre de la Communauté économique des pays des grands lacs (CEPGL) est une question qui ne s’est plus posée.

Congolais, Rwandais et Burundais circulent comme des nationaux dans ces trois pays et peuvent même s’y établir. D’ailleurs, tous les observateurs s’accordent sur le fait qu’en dehors de la frontière Etats-Unis et Mexique, les flux entre le Nord-Kivu et le Rwanda viennent en deuxième position.

En ce qui concerne le partage des richesses, le président de la République a fait mieux en offrant au Rwanda l’exclusivité du raffinage de la plus importante production d’or de la RDC. Mais, le Rwandais Kagame en veut plus, tentant même d’interdire aux Congolais le droit de chercher d’autres partenaires pour d’autres produits.

Pour Kigali, la contrepartie de la paix dans l’est congolais c’est la cession de la souveraineté du pays de Patrice Lumumba et de Mzee Kabila à ses valets, à défaut de l’annexion des pans entiers du territoire congolais ou la création d’un nouvel Etat.

En RDC, les Congolais ont pris conscience et disent en solo et en choeur: « Pas un seul centimètre » ne sera cédé au Rwanda ou à qui que ce soit. 

Source ACP/