La ville de Mbujimayi sombre dans le noir depuis deux semaines, les impacts se font sentir

La ville de Mbujimayi sombre dans le noir depuis deux semaines, les impacts se font sentir
 
Depuis deux semaines, la ville de Mbujimayi est dans le noir. Plusieurs quartiers ne sont plus desservis en courant électrique. Pour cause, les deux turbines qui tournaient à la centrale hydroélectrique sont toutes tombées en panne, renseigne ENERKA, la société affiliée à la Miba qui dessert une grande partie de la capitale diamantifère en énergie électrique.
 
Beaucoup d’activités économiques sont impactées par cette situation. Notamment les chambres froides qui enregistrent des pertes énormes de vivres frais et de boissons. Les stations des radios et télévisions ne savent pas fonctionner depuis cette coupure générale du courant.
 
Quant à l’eau potable, la Regideso n’est plus capable d’approvisionner plusieurs quartiers sous sa couverture. Les femmes et les enfants sont obligés de parcourir de longues distances pour puiser de l’eau dans des quartiers que la REGIDESO essaie de desservir suivant ses moyens. Un bidon d’eau se négocie en ce moment à 1000 FC, voire 1500 FC. Des prix qui ne sont pas à la portée de tout le monde.
 
Kalenga NSANA correspondant (mbuji mayi)