Pétrole et gaz: Comment l’Afrique subsaharienne a profité des sanctions de l’Union Européenne contre la Russie

Avant le début, le 24 février 2022, de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, l’Union Européenne dépendait à 40,5 % de la Russie pour ses importations en pétrole et en gaz, pour son alimentation domestique.

Mais « les 27 » ont décidé d’imposer des sanctions à Moscou, pour protester contre son attaque du voisin ukrainien.

Depuis lors, la géopolitique du pétrole et du gaz se redessine, avec des pays comme l’Azerbaijan, Israël, les Etats Unis ou l’Egypte qui sont devenus des partenaires prioritaires des pays de l’UE pour leurs importations en hydrocarbures.

Mais le chemin de l’Afrique Subsaharienne, bien que peu emprunté, est tout de même envisagé par les européens, qui multiplient des actions de charme, comme nous allons le voir.

Car, plus de 18 mois après, l’ombre russe plane toujours sur l’Europe qui n’a pas réussi à se défaire de sa dépendance russe, même si la demande des 27 en combustibles russes a actuellement chuté à environ 17% selon la commission de l’UE.